Plan du Jardin des Oules

Un jardin typique des belles demeures du 19ème siècle

Ce jardin de 1,9 hectare clos de murs et livré à lui-même depuis plus de 50 ans était devenu une extraordinaire forêt vierge.

‘‘Ce jardin n’était plus un jardin, c’était une broussaille colossale, c’est à dire quelque chose qui est impénétrable comme une forêt, peuplé comme une ville, frissonnant comme un nid, sombre comme une cathédrale, odorant comme un bouquet, solitaire comme une tombe, vivant comme une foule…’’. (Le jardin de la rue Plumet, Victor Hugo, les Misérables, 1862).

La passion et l’imagination des nouveaux occupants amoureux du lieu entraînent depuis 2 ans un tourbillon fructueux d’engins nombreux et variés.

D’heureuses découvertes botaniques

Le débroussaillage du parc a mis en évidence de beaux spécimens d’arbres tels de majestueux Platanes, Marronniers, Érables et Tilleuls, mais aussi d’autres essences plus rares comme un Calocédrus, plusieurs Céphalotaxus, un grand Rhamnus et quelques Buis arborescents des Baléares.

Une équipe très soudée d’artisans locaux fortement investis a accompagné cette passion et reste le partenaire indissociable de ce projet.

Et de nouvelles plantations

Allée toscane vers sculptureLe paysagiste Emmanuel de Sauveboeuf, grâce à son goût pour la remise en valeur d’endroits oubliés par le temps et ses connaissances botaniques, a su alors retrouver le tracé d’origine et le renforcer par l’apport de nouvelles plantations aux thèmes variés, afin de donner au jardin un réel intérêt tout au long de l’année.

La sélection d’essences aux floraisons échelonnées (Paulownia Imperialis, Catalpa Bignonioides, Tulipier de Virginie, Magnolias,

Hydrangeas, Céanothes, Viburnums, Rosiers Chinensis…) et une attention toute particulière à celles aux parfums délicats (Chimonanthus, Praecox, Sarcococca, Lonicera Fragans, Philadelphus, Osmanthus, Clérodendron…) a été privilégiée.

L’introduction de spécimens plus rares s’inspire de l’esprit de collection que l’on trouvait au XIX° siècle par l’apport de nombreuses espèces rapportées lors de voyage à travers le monde (Bambous, Araucaria Imbricata, Glycines de Chine et du Japon, Calycanthus, Sophora Secundiflora et Microphylla…).

allées-jardin-des-oules

Enfin, avant d’aborder l’hiver, tout un choix d’arbres et d’arbustes aux couleurs automnales flamboyantes allant de l’or en passant par tous les tons de rouges (Ginkgo Biloba, Erables, Chênes rouges d’Amérique, Liquidambar, Taxodium Distichum, Tulipier…) formeront un dernier tableau.

Des créations paysagères

La création d’un labyrinthe planté de 1200 oliviers pyramidaux et contre-planté d’autant de bambous, imaginé par Emmanuel de Sauveboeuf, et d’un théâtre de verdure dessiné par Frédéric Sichet sont venus compléter ce jardin si typique des belles demeures de la fin du XIX° siècle.

Le parcours hydraulique

Le parcours hydraulique (2 grottes, la rivière serpentine, les bassins) est actuellement en fin de restauration, avec l’aide des Parcs et Jardins de France, et French Heritage Society (achèvement des travaux fin novembre).

 

 

 

Les arbres du Jardin

En flânant dans le jardin